EMANUEL GAT. CET ESPACE OÙ DANSE LA MUSIQE is a comprehensive collection of articles about the work of the choreographer Emanuel Gat. The book contains contributions by Bérengère Alfort, Thomas Hahn, Jessica Piris, Mabru Lothaire and Christophe Martin and is compiled by the french journalist and dance critic Philippe Verrièle for Riveneuve‘s series L’Univers d’un chorégraphe.

I’m afraid you’ll need to understand a bit of french if you wanna dive into this compendium of Emanuel’s world, but it’s definitely worth the effort.

L’interêt de la démarche d’Emanuel Gat quant à la relation à la musique tient à ce qu’il ne cherche pas à rendre sa composition chorégraphique musicale, dans une quête de correspondance plus ou moins réussie, mais qu’il développe des processus de travail qui rendent sensible la résonance. Il offre à la musique un espace que seule la danse peut lui donner: le corps des danseurs.

Philippe Verrièle
Cet espace où danse la musique

COLLECTION L’UNIVERS D’UN CHORÉGRAPHE

S’appuyer sur une pièce d’une chorégraphe pour mieux cerner les questions et les références de ces artistes qui parlent peu de leur univers. Croiser les regards et les écritures, en mêlant des critiques de danse, des auteurs plus éloignés du monde de la danse, des poètes. Apporter aussi un point de vue visuel. Constituer une base de données de référence: listes des oeuvres, des collaborateurs… Voilà les objectifs de cette collection, dirigée par le critique de danse et journaliste Philippe Verrièle, pour une autre façon de parler de la danse.

 

EMANUEL GAT. CET ESPACE OÙ DANSE LA MUSIQUE

Venu à la danse sur le tard, à 23 ans, après un atelier d’amateur, Emanuel Gat a rattrapé le temps perdu. Deux ans après, il débutait sa carrière de chorégraphe indépendant! Depuis la fondation de sa compagnie, en 2004, il enchaîne les créations, du SACRE DU PRINTEMPS (2004) à THE GOLDLANDBERGS (2013) en passant par K626 (2006), SILENT BALLET (2008) ou SUNNY (2016), qui se réfère à la fameuse chanson de Bobby Hebb… Manière de souligner que, toujours, l’œuvre du chorégraphe vient examiner la musique, toute la musique. Et sa récente création, STORY WATER (2018), n’a pas hésité à se mesurer au monument Boulez! On appréciera l’éclectisme.

Mais, après Cage, Cunningham et toute l’aventure de la danse contemporaine, comment s’intéresser à la musique? Personne ne doute aujourd’hui que la musique soit un art suffisamment important pour ne pas avoir besoin de la danse pour exister… Mais les difficultés des chorégraphes à se faire reconnaître comme auteurs quand ils utilisent une célèbre partition demeurent. Cela devrait dissuader de retourner interroger la musique. Sinon que ces considérations et les précautions n’appartiennent pas au caractère d’Emanuel Gat, lequel fait de la matière musicale l’un de ses sujets. D’une façon tout à fait originale: le corps du danseur devenant une manière d’espace pour la musique!

About the author